user_mobilelogo

Nexidée GmbH

UN CERTAIN REGARD SUR L'ACHAT ET L'INNOVATION DANS LES PAYS DE LANGUE ALLEMANDE Cette section est principalement réalisée en français. Si vous souhaitez publier un message pour les acheteurs français sur ce blog, vous pouvez les envoyer par information@nexidee.eu Diese Rubrik wird hauptsächlich in französischer Sprache geführt. Wenn Sie eine Meldung für französische Einkäufer über diesen Blog veröffentlichen möchten, können Sie uns diese gerne über information@nexidee.eu senden.

Le salon de l’après-auto ?

Le salon de l’automobile de Francfort (IAA) ouvre ses portes dans un contexte de quadruple crise.

Une petite crise pour le salon qui est boudé par des constructeurs aussi significatifs que Volvo, Peugeot, DS, Nissan, Infiniti, Tesla, Rolls-Royce, Cadillac, Chevrolet, Aston-Martin, Alfa-Roméo, FIAT ou Jeep et qui voit émerger «Grand Basel», une exposition élitiste de voitures d’exception qui écarte délibérément les modèles premium des grands constructeurs au profit de voitures rares et remarquables.

Une crise majeure pour les industriels depuis que certains ont été convaincus de fraude et que l’opinion publique est irritée par les manœuvres pour échapper au versement de justes indemnisations aux clients comme aux actionnaires. En Allemagne, le modèle du complexe politico-industriel est de plus en plus contesté. Rappelons que l’Etat de Basse-Saxe détient 20% des actions de Volkswagen et que Matthias Wissmann, l’ancien ministre fédéral des transports, préside depuis 10 ans l’association des constructeurs VDA.

Une crise profonde pour les 80 villes du pays incapables de respecter les normes de qualité de l’air et qui pourraient se voir contraindre par des décisions judiciaires à prendre des mesures radicales de restriction de la circulation, en particulier pour les modèles ayant usurpé leur classification Euro 5 au moyen de tests falsifiés.

Une crise de l’innovation enfin, les constructeurs allemands ayant massivement misé sur le perfectionnement des technologies connues sans investir vraiment dans le développement de modèles électriques et/ou autonomes au point que DHL doit construire ses propres utilitaires électriques. Sur ce point, voir un précédent billet ici : https://www.nexidee.eu/index.php/fr/blog-nexidee-eu/automobile-un-secteur

Dans ce contexte assez gris, le salon de Francfort ouvre une fenêtre sur l’avenir en consacrant un hall aux nouvelles mobilités. L’espace «New mobilty world» est consacré aux rôles des flux d’information dans la gestion des déplacements, à l’enjeu crucial de la connectivité et aux différents projets de mobilité urbaine. Avec les plates-formes de mobilité, capables de gérer l’intégralité d’un déplacement quels que soient les moyens de transport mis en œuvre, ce sont vraisemblablement les acteurs de la mobilité de demain qui imposent ainsi leur présence dans un secteur en mutation.

Le sujet de l’automobile est économique mais aussi sociologique. En Allemagne, la fracture ville / campagne est de plus en plus profonde. Permis de conduire et propriété d’une voiture ne sont plus les rituels du passage à l’âge adulte pour les jeunes urbains attachés à leur «urban bike» de prix et qui considèrent l’automobile comme un concentré de tous les torts : consommation d’espace, congestion des villes, accidents, pollution et bruit, etc.
[13 septembre 2017]

Lire la suite
0
  3571 lectures

Roulez petits bolides!

 

En sport automobile, les pilotes en sueur et les nuages de gaz d’échappement symbolisent toujours davantage une époque révolue. Après la percée des courses de voitures électriques aux performances époustouflantes, prenons le pari que 2017 sera l’année des courses de voitures autonomes sur circuit.
Les universités techniques s’affrontent depuis des années par petits robots autonomes interposés. En août prochain le circuit de Hockenheim accueillera une course de «vraies» voitures autonomes dans le cadre de la «Formula Student Driverless» ou FSD. Il s’agira en fait de voitures ayant été homologuées avec pilote et qui sont transformées pour cette compétition de véhicules autonomes.


Les inscriptions sont ouvertes à compter du 16 janvier 2017 aux universités et écoles d’ingénieurs à même d’allier techniques automobiles et génie logiciel. Le nom des équipes engagées sera mis en ligne par les organisateurs :https://www.formulastudent.de/teams/registered/
Une université a déjà dévoilé ses intentions, il s’agit de l’université technique de Darmstadt dont l’écurie de course, la DART (Darmstadt Racing Team) est une habituée des podiums de Formula Student.
Le règlement de la compétition rédigé dans le cadre d’un projet collaboratif, le «Formula Student Driverless Concept Award», a été publié par les organisateurs qui attendent de ce nouveau défi le même effet qu’en 2010, lorsqu’ils ont lancé la compétition de voitures électriques. Il s’agit d’être la vitrine des travaux universitaires de pointe et de contribuer à la préparation des étudiants à l’entrée dans la vie active en leur permettant de mettre en évidence leurs talents de jeunes ingénieurs, leur goût pour la compétition et surtout leurs compétences dans les technologies de pointe.

Les pros aussi.
Dès que le prototype présenté en novembre 2016 à Marrakech sera amélioré, les épreuves du circuit international de Formule E seront élargies à des courses de voitures autonomes. Ces Roboraces des promoteurs de la Formule E fonctionneront avec un bolide commun aux dix équipes en compétition. Seuls les logiciels et les algorithmes d’intelligence artificielle à même d’adapter vitesse et trajectoire en temps réel étant développés par chaque compétiteur.
Les premiers tours de circuit publics du prototype « Devbot 1 » sont disponibles en vidéo : http://roborace.com/?gclid=CNqyjIDKndECFQrncgodE1IA4g

Lire la suite
0
  5112 lectures