user_mobilelogo

Nexidée GmbH

UN CERTAIN REGARD SUR L'ACHAT ET L'INNOVATION DANS LES PAYS DE LANGUE ALLEMANDE Cette section est principalement réalisée en français. Si vous souhaitez publier un message pour les acheteurs français sur ce blog, vous pouvez les envoyer par information@nexidee.eu Diese Rubrik wird hauptsächlich in französischer Sprache geführt. Wenn Sie eine Meldung für französische Einkäufer über diesen Blog veröffentlichen möchten, können Sie uns diese gerne über information@nexidee.eu senden.

Le salon de l’après-auto ?

Le salon de l’automobile de Francfort (IAA) ouvre ses portes dans un contexte de quadruple crise.

Une petite crise pour le salon qui est boudé par des constructeurs aussi significatifs que Volvo, Peugeot, DS, Nissan, Infiniti, Tesla, Rolls-Royce, Cadillac, Chevrolet, Aston-Martin, Alfa-Roméo, FIAT ou Jeep et qui voit émerger «Grand Basel», une exposition élitiste de voitures d’exception qui écarte délibérément les modèles premium des grands constructeurs au profit de voitures rares et remarquables.

Une crise majeure pour les industriels depuis que certains ont été convaincus de fraude et que l’opinion publique est irritée par les manœuvres pour échapper au versement de justes indemnisations aux clients comme aux actionnaires. En Allemagne, le modèle du complexe politico-industriel est de plus en plus contesté. Rappelons que l’Etat de Basse-Saxe détient 20% des actions de Volkswagen et que Matthias Wissmann, l’ancien ministre fédéral des transports, préside depuis 10 ans l’association des constructeurs VDA.

Une crise profonde pour les 80 villes du pays incapables de respecter les normes de qualité de l’air et qui pourraient se voir contraindre par des décisions judiciaires à prendre des mesures radicales de restriction de la circulation, en particulier pour les modèles ayant usurpé leur classification Euro 5 au moyen de tests falsifiés.

Une crise de l’innovation enfin, les constructeurs allemands ayant massivement misé sur le perfectionnement des technologies connues sans investir vraiment dans le développement de modèles électriques et/ou autonomes au point que DHL doit construire ses propres utilitaires électriques. Sur ce point, voir un précédent billet ici : https://www.nexidee.eu/index.php/fr/blog-nexidee-eu/automobile-un-secteur

Dans ce contexte assez gris, le salon de Francfort ouvre une fenêtre sur l’avenir en consacrant un hall aux nouvelles mobilités. L’espace «New mobilty world» est consacré aux rôles des flux d’information dans la gestion des déplacements, à l’enjeu crucial de la connectivité et aux différents projets de mobilité urbaine. Avec les plates-formes de mobilité, capables de gérer l’intégralité d’un déplacement quels que soient les moyens de transport mis en œuvre, ce sont vraisemblablement les acteurs de la mobilité de demain qui imposent ainsi leur présence dans un secteur en mutation.

Le sujet de l’automobile est économique mais aussi sociologique. En Allemagne, la fracture ville / campagne est de plus en plus profonde. Permis de conduire et propriété d’une voiture ne sont plus les rituels du passage à l’âge adulte pour les jeunes urbains attachés à leur «urban bike» de prix et qui considèrent l’automobile comme un concentré de tous les torts : consommation d’espace, congestion des villes, accidents, pollution et bruit, etc.
[13 septembre 2017]

Lire la suite
0
  3571 lectures

Automobile: un secteur agité

Bien loin des centres traditionnels de la construction automobile (Stuttgart, Munich, Wolfsburg, Ingolstadt) et de leurs usines géantes, c’est aux deux extrémités de l’Allemagne, à Berlin et à Aix-la-Chapelle que des créateurs imaginatifs produisent les engins de la nouvelle mobilité.
L’américain Local motors, séduit par la qualité des ingénieurs et techniciens comme par le statut de « capitale européenne des créatifs », a implanté une micro usine urbaine à Berlin. Le produit phare est le microbus Olli, véhicule autonome à propulsion électrique. Le véhicule est convoqué depuis un smartphone et optimise parcours et arrêts en fonction des demandes de trajet et des interconnexions avec les autres modes de déplacement. Pour l’instant, l’usage est réservé aux sites privés tels que campus ou parcs industriels afin de valider le concept. Spécialiste de la production à la demande dans des ateliers équipés en imprimantes 3D, Local motors développe à Berlin une offre de mobilité urbaine et écoresponsable.
 
 
A Aix-la-Chapelle (Aachen), à quelques kilomètres de la Belgique, c’est une filiale du groupe Deutsche Post – DHL qui construit des petits utilitaires électriques innovants. Autonome à petite vitesse le véhicule suit tout seul le facteur dans sa tournée, lui évitant d’avoir à revenir sur ses pas pour avancer sa camionnette. La société StreetScooter produit également des vélos et des triporteurs électriques. Grâce à cette nouvelle flotte de véhicules, Deutsche Post - DHL promet de généraliser la distribution du courrier et des colis sans utilisation de moteurs thermiques ou hybrides, comme c’est déjà le cas à Bonn, l’ancienne capitale fédérale.
Face à ces nouveaux entrants dynamiques, les constructeurs traditionnels ne restent pas les bras ballants. VW, toujours disgracié par le scandale de la manipulation des tests de rejets atmosphériques, a annoncé un revirement stratégique majeur, promet 30 modèles à propulsion électrique d’ici 2020 et a implanté à Berlin son « Digital Lab » qui doit développer la meilleure plate-forme numérique de l’industrie automobile.
Les trois grands constructeurs allemands ont également pris pied sur le marché de l’autopartage. VW détient une participation dans Greenwheels, Drive Now est adossé à BMW et Mini alors que Daimler développe la marque Car2Go.
 [22 novembre 2016]
Lire la suite
0
  3797 lectures